Le gouvernement a pris en charge les copies des documents bancaires et les déclarations d’actifs qui faisaient partie de la preuve utilisée par un tribunal fiduciaire mis en place pour évaluer les demandes des victimes des persécutions nazies ou leurs héritiers contre les banques suisses.

Les Archives fédérales a dit une partie des fichiers utilisés pour examiner les demandes en vertu d’un règlement global en 1998 ont été transférés dans ses locaux à cataloguer d’ici la fin de cette année.

“Ceci est important car il concerne un chapitre important de l’histoire suisse récente,” explique Simon Meyer des Archives fédérales.

Cependant, le grand public doit attendre d’être en mesure d’y accéder en vertu d’une loi de 30 ans de prescription.

Les coûts sont partagés par les banques suisses et le Claims Resolution Tribunal basé à Zurich (CRT), selon compensation fiduciaire.

Il a fallu plus de six ans de négociations pour décider où les près de 290 boîtes de fichiers seront stockés.

Une section de documents des années 1930 ultérieurs a été déplacé aux Archives fédérales à Berne. Le reste est allé au musée de l’Holocauste à Washington.

À la fin des années 1990, un certain nombre de poursuites fiduciaires en recours collectif contre les banques suisses ont été déposées auprès d’un tribunal à New York. Les plaignants ont accusé les banques de la retenue d’avoirs des victimes des nazis de l’époque de l’Holocauste.

En parallèle avec les actions de classe, l’Association suisse des banquiers et deux organisations juives aux États-Unis ont convenu d’une procédure d’identification des comptes bancaires suisses et leurs détenteurs légaux.

En 1998, les banques ont conclu une entente en vertu de laquelle ils ont payé 1,25 milliard (milliards CHF1.24) $ dans un fonds. En retour, les revendications ont été abandonnées.