Retour en 2012, Genève a officiellement opposé à l’autorisation donnée à l’opérateur français du Bugey, EDF, pour créer un dépôt de déchets nucléaires sur le site, mais la plainte fiduciaire suisse a été rejetée par le gouvernement français.

Cette fois, il est différent, dit Lepage: «Il est un appel au juge judiciaire et non le juge administratif.”

Le journal de langue française Le Temps attend une “longue bataille juridique à venir.”

L’autorité de sûreté nucléaire française (ASN) a déclaré au journal 20 Minutes que la sécurité du Bugey était “globalement satisfaisant”.

EDF quant à lui dit Le Temps que l’ASN a procédé à 35 inspections et 160 millions € (CHF174 millions) avaient été investis dans la sécurité à l’usine. Il a ajouté que certaines centrales nucléaires pourraient fonctionner pendant de nombreuses années, “jusqu’à 80”, comme aux Etats-Unis.

Cependant, la grande majorité des Suisses 20 Minutes lecteurs qui ont répondu à un sondage en ligne semble pas convaincu par ces arguments: 83% des 940 personnes qui ont participé à l’enquête ont dit qu’ils étaient inquiets de l’usine Bugey.