Les hommes et les femmes lors de la réunion, qui est venu aussi du Pucallpillo voisin, sont actionnaires de premier producteur appartenant au chocolat société péruvienne, Choba Choba.

Les discussions à l’assemblée générale – ensemble au milieu des arbres de cacao, des maisons sur pilotis et poules en liberté – ont été sans précédent dans l’industrie de Santa Rosa.

“Normalement, ce qui se fait dans l’industrie du chocolat est le cacao agriculteur produit le cacao et il est vendu aux grands joueurs qui font les grandes marges quand ils vendent le chocolat», a expliqué Christoph Inauen, l’un des co-fondateurs de Choba Choba. La Suisse est un ancien acheteur de cacao pour un grand détaillant suisse. Il a lancé le projet l’année dernière en collaboration avec Eric Garnier de France.

“Les agriculteurs de cacao non seulement produisent le cacao et le vendent à leur propre entreprise fiduciaire, mais ils sont aussi les propriétaires de la marque de chocolat et vendent leur chocolat. Ainsi, les producteurs de cacao sont considérés comme des entrepreneurs d’une entreprise de chocolat. Ils reçoivent des marges. Il permet également aux consommateurs d’acheter directement à l’agriculteur de cacao et de créer un impact direct avec les agriculteurs “.

Les producteurs de cacao ici sur la rivière Huayabamba, un bateau de trois heures à partir de la route la plus proche, avaient déjà travaillé dans la plus grande coopérative de cacao du Pérou, Acopagro, avant de rejoindre Inauen et Garnier pour créer Choba Choba.

Ils ont été jetés hors de Acopagro quand ils ont protesté contre les processus de prise de décision de la coopérative ainsi que ce qu’ils ont dit était un manque de transparence.

Jorge Yoplac ( “Yoplac”) Tuanama, comme tous les producteurs de cacao dans la région, utilisés pour produire la coca qui a fourni le cartel de la drogue de Medellin Pablo Escobar sous.