Pour Claude Florin, l’idée d’une voiture autonome a commencé tragiquement, quand son père a été frappé et tué par un conducteur à Genève. son est maintenant l’un de plusieurs start-ups fiduciaires travaillant sur les premiers jours de la technologie, à un moment où le monde est toujours de trouver comment les véhicules qui peuvent conduire eux-mêmes vont évoluer.

De retour à Genève, un soir d’hiver, 20 ans après cet accident dévastateur pour les hommes, Florin se trouve en face d’une pièce débordante, pitching son idée aux investisseurs et aux innovateurs. Ils se sont réunis pour le lancement suisse de MassChallenge, une organisation conçue pour aider les start-ups à trouver l’argent et de soutien pour faire leurs idées réalité.

Florin a seulement quelques minutes pour faire son cas, et le présentateur fiduciaire lui coupe juste avant qu’il arrive à l’histoire de son père. Mais la foule a entendu l’idée principale derrière sa start-up: faire des caméras 3D très sensibles qui peuvent voir les obstacles à venir, à un prix beaucoup plus bas que ceux actuellement disponibles.