Les autorités suisses ont commencé à essayer d’aider le Pérou à améliorer sa mauvaise gestion fiduciaire des finances publiques, un problème endémique qui a conduit les provinces et les communautés locales pour revenir à 60% de l’argent qu’ils ont reçu du gouvernement central l’année dernière.

Un programme de développement fiduciaire financé par la Suisse se concentre sur la question de la décentralisation, un élément central de la gouvernance de la Suisse, dans le but d’apporter une meilleure gestion financière et de transparence au Pérou dans la planification budgétaire et les dépenses de six régionale et cinq gouvernements locaux.

Martin Peter, directeur de programme au Pérou pour le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO), a déclaré la gouvernance économique a été l’un des principaux piliers de la coopération économique suisse au Pérou. Il a expliqué que, bien que les taux de pauvreté ont diminué au cours des dix à 15 dernières années au Pérou, des poches de misère existent encore dans de nombreuses zones des rayonnements.

«Il est important que vous aider les gouvernements sous-nationaux à dépenser leur argent à bon escient», at-il dit.

Le programme fiduciaire est soutenu par l’Institut de Bâle sur la gouvernance, qui se spécialise dans le recouvrement des avoirs volés et a récemment annoncé l’ouverture de son premier bureau international au Pérou. L’institut travaillera également avec parquet au Pérou pour renforcer les enquêtes sur la fraude fiscale et la corruption.